Audi VS BMW: un combat sans fin

Publié le par Sarah

 

Le constructeur automobile Audi est bien connu pour ses campagnes publicitaires comparatives.

Si la publicité comparative est autorisée en France, elle reste particulièrement encadrée, et peu d'annonceurs se risquent à employer cette stratégie de communication : ces derniers temps, seule la grande distribution a osé y faire appel.

Aux USA, la loi est bien plus souple; c'est donc logiquement que le conflit se déroule sur le territoire américain. Et vous le noterez, c'est souvent Audi qui attaque en premier...

Les sources du conflit remontent loin, et dès 1987, Audi dégaine les armes en proposant ce spot pour taper sur BMW et Mercedes.



Vovous souvenez peut-être de la fameuse pub Audi en 2005, où l’on voit quatre porte-clés de quatre  marques automobile premium formant ensemble le logo de la firme d’Ingolstadtus ?


Mais c'est en 2009 que le combat s'est avéré le plus violent et le plus dense. En avril, face à une affiche signée Audi montrant une A4 et ayant pour légende « A toi de jouer BMW », BMW dresse un autre panneau sur lequel figure une M3 et où l'on peut lire « Echec et Mat ».

C'est d'ailleurs sur internet que les réactions furent les plus nombreuses.

 

Au Printemps 2009, c'est BMW qui, dans le cadre de sa campagne sur « La Joie », en profite pour titiller son ennemi de toujours, avec une publicité intitulée « Jump for Joy ».


La marque aux anneaux continue de taquiner ses concurrents mais cette fois, c’est BMW qui en prend pour son grade. Baptisé “Friendly Competition”, ce spot confronte une S4 à une BMW Série 3
Voici un excellent spot pour le constructeur automobile Audi, baptisé “Friendly Competition”. Il confronte les modèles S4, A6 et Q5 avec la concurrence BMW. Une guerre publicitaire entre les marques qui se traduit par des campagnes interposées depuis plusieurs années.
Ce spot de l'agence Fred&Farid nous montre aussi un côté très humain de la compétition qui la justifie. Malin
..



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article